La collaboration a un prix, mais pas celui que j’imaginais…

La collaboration a un prix, mais pas celui que j’imaginais…

Ahh créer du lien avec d’autres humains, qu’est-ce que c’est éprouvant ! C’est le premier mot qui me vient à l’esprit.

Il y a quelques heures, aujourd’hui, j’ai eu un moment d’échange avec les Tonalités de ma future exposition artistique : Tonalité

  • Ça m’a fait tout drôle de dire et d’entendre d’autres personnes dire simplement « je suis Artiste, c’est mon côté Artiste »
  • Ça m’a fait drôle de voir des personnes oser s’exprimer sur leurs arts et leurs passions sans que cela ne provoque de réactions bizarres chez les autres
  • Ça m’a fait drôle d’avoir comme une conversation d’adultes à adultes.

Je parle de cette exposition-là : https://alexandra-baryton.systeme.io/inscription-exposition-tonalite
Tu peux t’y inscrire gratuitement !

Clique sur l’image pour découvrir l’exposition

J’ai été ravie de partager ce moment de co-création entre humains portant la même intention d’aider l’autre à se révéler tel qu’il est.

Certes, nous avons tous nos visions et définitions de l’art, et en même temps, une part de moi s’est sentie dépossédée aux moments où chacun pouvait s’exprimer sur ses ressentis et la manière dont nous allions, ensemble, donner vie au coffret spécial pour poursuivre l’exploration et le processus artistique dans lequel je veux plonger le public les 15, 16 et 17 avril prochain.

Je me suis sentie mise à nue, dépouillée de mes idées de départ, complétées avec celles des autres. C’est une expérience très particulière que je ressens pour la première fois lors de ce moment si particulier en groupe.

Une partie de moi a adoré voir son projet s’enrichir de Touches différentes et une autre part, s’est sentie comme dépassée, incapable de poser un cadre et des limites. Comme si ma vision ne m’appartenait plus…

Suis-je prête à cela ?

Je veux dire : mélanger mon Art à celui des autres ?

J’ai peur.

Peur de ne pas reconnaître mon travail et d’être reconnue.
Peur d’imposer par peur de casser la vision artistique d’un autre.
Peur de dénaturer ma thématique d’orientation.
Peur de parler et de ne pas être prise au sérieux.
Peur d’avoir peur et en colère.
Peur d’être déçue par le rendu final.

En colère contre cette partie qui ne sait pas comment fonctionnent les humains. Qui rêve de ne pas se prendre la tête, mais n’assume pas jusqu’au bout ses idées et se met à se taire et regarder son cahier pendant que les autres s’animent.

En colère contre moi d’avoir peur qu’au final tout ce travail n’est servi « à rien » et que personne n’achète ce coffret.

En colère contre moi de ne pas y croire comme d’autres pourrait y croire.

En colère de rester neutre alors que je devrais réagir (comme si c’était une obligation).

Triste de m’être sentie nulle et pas à la hauteur de l’importance de cet événement. Comme si je n’étais pas capable d’honorer ce projet et que je n’avais pas les bonnes cartes et savoir-faire pour continuer.

Anxieuse à l’idée que ce n’est pas fini ou que ça vient juste de commencer.
Anxieuse à l’idée de décevoir les autres qui ont l’air si emballés…
Anxieuse à l’idée de contaminer notre réussite à cause de mon énergie de petite fille apeurée.
Anxieuse à l’idée de ne pas avoir les épaules pour y arriver.

La réussite fait autant peur que l’échec.

Et en même temps… je sens que je résiste à rebrousser chemin, car, il s’agit exactement de là où je dois me rendre pour passer à l’étape supérieure.

Si je franchis cette ligne,
Si je passe cette porte et assume cette création entre nous,
alors, je sens que j’aurais brisé un peu plus encore, ne serait-ce même qu’un millimètre ; la chaîne de ma résistance à la vie.

Si j’y vais, j’ai la certitude que je ressentirais de la gratitude pour la femme que je suis qui ose.

Oui, je comprends ce que tu ressens à l’idée de connecter avec d’autres humains.
Oui, je traverse cet inconfort de partager, de m’ouvrir au risque ou la chance d’être secouée.

Ma tête me dit ne pas être prête pour la suite, alors que mon corps tout entier semble se détendre à l’approche de cette frontière entre la vie dans les coulisses et la vie sur scène.

Je pose l’intention d’accueillir ce moment très inconfortable et de créer autour pour le sublimer et qu’il aide d’autres personnes à avancer.
Je pose l’intention de m’accompagner jusqu’au bout à transcender cet inconfort.

Pourtant, je vais y aller.

Je sais que je vais y aller et que je vais faire de mon mieux.

Parce que je veux être fière de moi et m’aimer dans le dépassement de mes propres limites.
Parce que durant ma promenade de gratitude de ce matin, j’ai compris et ressenti ma capacité à transcender mon état simplement en arrêtant de lutter contre et de danser avec.

J’irais.

J’irais en tremblant.

Mais j’irais quoi qu’il arrive.

On y va ensemble ?

Ps : si tu as besoin d’évoquer des sujets encore douloureux pour toi, comme je viens de le faire, et que tu en attends un moyen de te libérer émotionnellement, alors sois le/la bienvenu·e dans «  A conversation of love ».

offre coaching individuel
Clique pour accéder à l’offre !

Ton espace privilégié de coaching où pendant 5 moments ensemble d’1h chacun, nous allons, ensemble, évoquer ce qui est challengeant pour toi, te pose un problème ou un éclaircissement de ta situation et des actions possibles à mettre en œuvre.

Parce que oui, qu’on se le dise, c’est difficile d’oser ressentir ce genre d’émotions. Car on DEVRAIT se sentir chanceux d’avoir des personnes autour de nous. Mais comment faire pour traverser nos douves à l’intérieur quand les portes de sortie semblent se fermer pour nous laisser pris au piège dans notre propre douleur ?

Si je t’écris ceci et que tu me lis, c’est qu’il est possible de continuer à avancer et de s’émanciper de nos limites. Je t’apprends comment tu fonctionnes et comment faire pour t’émanciper et reprendre le contrôle.

Alexandra


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.