On s’était promis, Yolène Jullien : la promesse

On s’était promis, Yolène Jullien : la promesse

Prix des Étoiles 2021
En partenariat avec Librinova
Résumé

Victoire est une trentenaire, métisse afro-caribéenne, fougueuse et pétillante. Raphaël est quarantenaire, franco-italien, un vrai dandy, marié et père de deux enfants. Leurs différences deviendront rapidement une source d’attractions irrésistibles. Une relation qui bouleversera leur perception des codes de l’amour et de l’amitié remettant en cause leurs croyances profondes. Mais lorsque les doutes et les peurs s’entremêlent, tout se complique rapidement.  On s’était promis raconte une relation fusionnelle pleine de promesses et d’attentes, mais aussi de désillusions ; un amour passionnel et controversé.    
« Pensez-vous que l’on puisse rencontrer des personnes au mauvais moment ? Selon moi, il n’y a pas de hasard. Chaque rencontre a une raison d’être. Que l’on croit ou non au destin. Toutes les rencontres ne se valent pas. Certaines vous laissent des traces indélébiles et vous bouleversent à tout jamais. Dès que je l’ai vu, j’ai su qu’il marquerait ma vie. » 

Roman d’amour – Sentimental – 223 pages –  9,99€ (broché) · 1,99€ (ebook)

2.5/5
Le mot de l’auteure

Ce premier livre se veut résolument intimiste. Il s’inspire d’une histoire vraie que j’ai voulu raconter de façon authentique. Il y a certaines longueurs qui reflètent l’état d’esprit de Victoire tout au long de l’histoire : ses dilemmes, ses doutes et ses analyses qui la torturent. J’ai souhaité y ajouter des thèmes qui me tiennent à cœur notamment la mixité des couples, le trouble identitaire en tant que métisse ainsi que le mariage et l’infidélité. L’histoire est somme toute banale mais j’ai tenu à remettre en question les croyances assimilées à la stabilité du mariage en montrant les interrogations d’un homme engagé ayant un parcours sans fautes depuis plus de 13 ans ainsi que la cruauté des regards et des jugements envers sa pseudo maîtresse perçue comme une croqueuse d’hommes, briseuse de ménage et une destructrice en puissance. Le récit est raconté par l’amante pour une immersion totale. La fin est inattendue, mais elle est pourtant bien réelle, je n’ai pas voulu la changer, je l’ai voulue simplement telle qu’elle a été, sans fards. 

Écrire était devenu une urgence car beaucoup de choses me rongeaient, il me fallait les extirper de mon être pour aller mieux. J’avais un besoin viscéral qu’on me lise, qu’on partage mes émotions et qu’on m’écoute. Je suis d’ailleurs très heureuse que mon livre soit proposé au prix des étoiles, car cela me permet de recueillir les avis objectifs des lecteurs. Ce livre est un cri du cœur mêlé à ma passion pour l’écriture.  

J’écris pour guérir, pour ancrer, pour avancer, pour apaiser parce qu’écrire a toujours été la meilleure des thérapies à mes yeux.  

photo de l'autrice yolène jullien en noir et blanc

Sceptique au début de ma lecture sur la forme de l’introspection de ce roman, je me laisse finalement séduire par la profondeur et la diversité des thématiques que Yolène aborde. Tantôt sombre, tantôt poétique, elle nous embarque dans la tête d’une jeune femme éprise d’un amour douteux, douloureux et adultérin, qui la marquera à jamais.

ça déborde d’amour idyllique

Il y a quelque chose de dérangeant dans ce débordement d’amour. Même si je ne peux m’attarder sur la structure du récit, je ne peux omettre et passer outre le style très descriptif qu’à l’auteure pour nous peindre l’histoire d’amour entre cette jeune femme prête à tout et ce Dandy vintage sensible. Cela conditionne également le ressenti général sur ma lecture. Je ne me suis pas laissé embarquer tout de suite. Il m’en fallait plus. J’ai trouvé l’entrée en matière assez lourde du fait de ces descriptions intenses. Si ma lecture a été compliquée au démarrage, je ne peux néanmoins enlever à l’autrice sa faculté de nous faire douter de nos réelles intentions.

Soyons clairs : les thématiques de ce roman sont plus que virulentes et peuvent parfois heurter ou choquer. Relation adultérine, attirance sexuelle, harcèlement au travail, conditions humaines, Histoire du peuple noir, esclavage moderne… Mais ne constituent-elles pas des barrières voire des tabous dans notre communication quotidienne ? En tout cas, il fallait oser ce mélange corsé.

Toutes les métaphores présentes dans ce roman ont pour but que de renforcer l’idée que la comparaison, la communication et le lien inconditionnel entre l’amour et la douleur ne sont que les vitrines de notre peur de l’autre et sa méconnaissance. Égoïstement, nous nous servons des autres pour combler nos parts vides à l’intérieur. L’autre devient ce miroir qui nous sert de caisse à raisonner. Cela est très bien décrit dans le quotidien de Victoire.

De l’origine de nos racines…

Je découvre la vie d’une trentenaire, en quête profonde d’identité. Étant moi-même métisse, je suis touchée par cette entrée en matière. J’ai été tiraillée par les mêmes doutes de Victoire : entre blanc et noir mon cœur balance, où est ma véritable place dans ce monde ? À quelle cause me vouer… De nombreuses interrogations qui forgent le caractère fort et sensible de la jeune femme. J’ai apprécié trouver un écho à mes réflexions. Cela introduit également bien certains comportements que nous découvrirons à Victoire. En effet, cette dernière a tendance à réagir de manière excessive voire agressive. En réponse au harcèlement à la discrimination dont elle nous fait part tout au long de notre lecture.

Peut-être que ces faits sur la ségrégation, le racisme également sont des thématiques fortes qui peuvent créer la polémique. Mais il n’empêche que sans leurs compréhensions totales, il n’est pas possible de se mettre à la place de Victoire, partagée entre deux Histoires qui font d’elle, la femme forte d’aujourd’hui. Par ailleurs, qui d’entre nous pourrait rejeter complètement d’où il vient ?

jusqu’à l’épuisement mental

Je m’étais habituée à cette douleur qui vous rend vivant, cette adrénaline qui vous compresse la poitrine, vous brûle la gorge et vous tient en haleine. Il était devenu mon obsession.
– extrait « On s’était promis », Yolène Jullien

Comme Victoire, l’auteure est généreuse. Généreuse dans son partage, son envie d’apprendre, dans l’amour qu’elle porte à sa famille et son entourage. Mais évoluer au sein d’un environnement aussi toxique ne pouvait que tourner au drame.
Tombée éperdument amoureuse d’un homme dont on ne connaît pas les réelles intentions, Victoire se laisse séduire. Sa dévotion est sans limite. Décris avec une certaine pudeur rehaussée parfois de gourmandise coquine, l’autrice nous explique comment l’amour s’imagine, se dessine doucement, s’impose avec force et s’arrache. Je trouve que les sentiments des personnages sont très bien décrits au sein de ce roman. On y ressent une réelle envie de « bien faire ». On sent également une forme de dualité et de rivalité entre l’homme et la femme. Nous en arrivons à la conclusion inéluctable qu’il est très difficile de véhiculer et de formuler nos pensées et émotions aux autres.

Je ne remets pas en question les sentiments des personnages ici, cependant, le choix de certains mots ne laissent pas assez de place à la poésie et à la sensibilité même de l’amour entre deux êtres. Le jeu de séduction est trop brutal. Peut-être est-ce ainsi que certains le vivent ?

en passant par l’introspection

Même si ce roman se situe entre le témoignage et l’introspection, nous y trouvons beaucoup de pistes de réflexions pour avancer et cheminer sur notre propre situation. À travers l’exploration mentale de Victoire et la description des sentiments et schémas mentaux de Raphaël le Dandy, beaucoup d’éléments nous sont mis sur un plateau. Ces derniers sont profonds et pourraient même être étayés davantage.

Beaucoup d’entre nous nous limitons au terrain que nous connaissons, car sortir de cette zone de confort serait imprudent et trop osé. Pourtant, vivre ces expériences douloureuses parfois, nous apprend davantage à nous connecter avec qui l’on est véritablement, sans filtre. Elles nous permettent de grandir, de mettre des mots, de ressentir et d’avancer ou de redresser la barre.

Un roman à fort potentiel pour des personnes en demande de soutien, de compréhension sur l’attirance et le don de soi à travers une relation amoureuse.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.